FRANÇAIS.LOS MANANTIALES. PILAR DIAZ

FRANÇAIS.LOS MANANTIALES. PILAR DIAZ

 

  

Vous recherchez ? :
  

TOP ARTICLES 

DERNIERS MESSAGES

   

 

À bientôt

Une longue étape finit et une nouvelle commence, je quitte donc cette page et on se revoit sur la nouvelle encore en construction.

Je vous remercie de m'avoir lue et visitée et j'espère que vous continuerez à me visiter sur: http://francesfle.blogspot.com/

Una etapa larga termina y otra nueva empieza, así que me mudo, me llevo algunos trastos de aquí y otros evidentemente serán nuevos, como en toda casa en construcción.

Os agradezco enormemente vuestras visitas y lecturas y os espero en el nuevo rinconcito aún por decorar: http://francesfle.blogspot.com/

22/08/10

Rentrée scolaire et grippe A (12 août 2009)

Dans un entretien au journal Le Figaro, le 12 août, Luc Chatel a présenté les grandes lignes du plan prévu pour faire face à la Grippe A, à la rentrée scolaire. "Il ne faut ni minimiser, ni dramatiser" la situation, a déclaré le ministre de l'Éducation nationale. Il n'est toutefois "pas question de baisser la garde", a-t-il insisté, précisant que le Gouvernement est prêt à faire face à une éventuelle pandémie.

Réuni une première fois le 17 juillet dernier, la cellule de crise du ministère a mis au point un plan pour la rentrée afin de préciser les bonnes conduites à tenir en cas de pandémie. Parmi les mesures prises :

  • une brochure de quatre pages (12 millions d'exemplaires) - "Vous informer sur la grippe A (H1-N1) et la scolarité de votre enfant" - sera distribuée à la rentrée ;
  • une première circulaire a, d'ores et déjà, été adressée aux recteurs pour déterminer les gestes à adopter en cas de survenance de cas groupés de Grippe A.


Parmi les rendez-vous à venir :

  • 18 août : réunion de la cellule ministérielle de crise. Suivra une séance de travail avec les correspondants académiques "Grippe A (H1N1)" pour faire un point de la situation sur les différentes mesures de préparation décidées ;
  • 25 août : communication de Didier Houssin (directeur général de la Santé) devant tous les inspecteurs d'académies et recteurs.

Faut-il fermer les établissements ?

La procédure de fermeture d'école est à l'ordre du jour d'une réunion qui se tient aujourd'hui, 12 août, au ministère de l'Intérieur.

En l'état actuel de la situation, "on s'adaptera au cas par cas (…) aucun seuil n'a été fixé pour fermer une école", a précisé Luc Chatel. Les préfets prendront la décision de fermeture, en concertation avec les directeurs d'établissement, "après examen de la situation épidémiologique nationale et locale." Une circulaire détaillera les instructions à suivre pour les préfets et les directeurs d'établissements.

Si la pandémie s'avérait totale, "nous sommes prêts à fermer toutes les écoles de France", a déclaré Luc Chatel. En cas de fermeture généralisée, un plan de continuité pédagogique a été préparé : des programmes éducatifs, allant de la grande section de maternelle au lycée, seront diffusés par France 5, Radio France et sur internet.

(Extrait de: http://www.gouvernement.fr/gouvernement/grippe-a-le-plan-pour-la-rentree-scolaire-est-pret)

Saint-Valentin

  


    L'Histoire de la Saint-Valentin remonte à la période des romains c'est-à-dire au quatrième siècle avant notre ère.  En l'hommage du dieu Lupercus, les gens procédaient, par tirage au sort, en un jumelage entre les jeunes hommes et les jeunes filles de l'époque.  Ce rituel se nomme les Lupercales romaines ou la fête de la fertilité et soulignait le passage vers l'âge adulte.  Les couples passaient ainsi un an ensemble jusqu'au prochain tirage l'année suivante!

    Les prêtes de l'époque trouvait ce rituel peu acceptable et décidèrent de remplacer ce dieu par un Saint martyrisé 200 ans plus tôt, soit Saint-Valentin.   À l'époque, celui-ci avait décidé de défendre l'amour en mariant les couples malgré l'interdiction de l'Empereur Claude II.  L'Emperuer avait interdit le mariage puisque cela empêchait les hommes de s'enrôler dans l'armé.  Lorsque l'Empereur découvrit les comportements de Valentin, il l'emprisonna le jour du 14 février 268 et le fit décapiter. Avant de mourir celui-ci avait offert sur un feuille en forme de coeur un message à sa bien aimée qui disait "de ton valentin".   Durant le mois de février,  les romains s'échangèrent des mots doux que l'on nomma plus tard des valentins.  La coutume d'envoyer des cartes s'est répandu en même temps que le christianisme.

    Aujourd'hui cette coutume est resté dans nos moeurs.  À l'exception de Noël, c'est à la St-Valentin que les Américains s'échangent le plus de lettres.

Je souhaite une bonne année 2009 à tous

    

L'école

En France, on commence l'école élémentaire à 6 ans en entrant au cours préparatoire (ou CP). Avant l'âge de 6 ans, l'enseignement est facultatif, mais beaucoup d'enfants de 2 à 3 ans vont déjà à l'école maternelle. Elle est obligatoire entre 6 et 16 ans.

Lorsqu'on est à l'école, on est un écolier.

Lorsque, vers 11 ans, on entre au collège, on est un collégien.

Puis, vers 15 ans, on entre au lycée et on devient un lycéen.

A 18 ans, les lycéens passent un examen qui termine leur parcours scolaire : le baccalauréat. Ils peuvent ensuite (s'ils le souhaitent) faire des études supérieures pour se spécialiser dans un domaine et trouver un travail adapté à leurs compétences.

Il existe deux types principaux d'écoles :

Les écoles publiques sont financées essentiellement par l'Etat. Leur but est d'accueillir tous les enfants quelque soient leurs moyens.

Il y a aussi les écoles privées qui sont souvent confessionnelles (c'est à dire qu'elles sont rattachées à une religion). En France, elles sont principalement catholiques. Leur approche pédagogique n'est pas tout à fait la même que dans le public.

Autrefois, les enfants qui ne voulaient pas aller à l'école partaient parfois se cacher dans les buissons: on dit qu'ils faisaient l'école buissonnière.

Lorsqu'on va à l'école, c'est pour apprendre et s'instruire. On peut aussi s'y faire des ami(e)s et y jouer bien sûr.

Chaque école a un règlement intérieur qui explique ce qui est interdit ou permis de faire dans l'école. Le règlement indique aussi les heures d'entrée et de sortie de l'école.

Pour connaître les heures des cours, des récréations, les jours où les élèves ont cours de musique ou de peinture par exemple, il faut consulter l'emploi du temps de la classe. Chaque classe a un emploi du temps.

VERANO EN FRANCIA

Si tenéis la suerte de viajar este verano a Francia, no olvidéis descargar y llevar siempre con vosotros algunas frases corrientes para poder salir airoso de muchas situaciones. ¡Buen viaje y mejor estancia!.

 

VERBES CONJUGUÉS AVEC ÊTRE AU PASSÉ COMPOSÉ

 

Halloween
 

Halloween est arrivé massivement en France dans les années 1997. Dès le début, certains Français critiquent Halloween considérant cette tradition récemment importée des États-Unis d'Amérique comme une « opération marketing ». Elle acquiert cependant un large soutien populaire, et les magasins se remplissent d'articles dédiés (costumes, citrouilles, bonbons). Depuis 2005, la fête semble moins pratiquée, et en 2006 le quotidien Le Parisien titre même « Halloween est Mort »5. Cet avis de décès est repris par une grande partie de la presse qui claironne qu'il ne s'agissait que d'un phénomène passager, ayant culminé vers 2000 et dont l'influence baisse constamment depuis. En 2006, à la veille de la fête d'Halloween, de nombreux médias font état d'une mort d'Halloween : « Halloween, in et out » (l'Express), « La citrouille a la pêche aux États-Unis, pas en Europe » (20 minutes), « La Toussaint a éclipsé Halloween » (Catholique.org), « Halloween boit le bouillon » (Libération). Toutefois, si ces annonces manquent de sources statistiques précises, les rayons des supermarchés français sont moins fournis en objets destinés aux célébrations d'Halloween. D'ailleurs tandis que les responsables catholiques se félicitent du succès des Holy wins, la fête concurrente (voir ci-après), une étude du Centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie (CREDOC), commandée par la Chambre syndicale nationale des arts funéraires et datée de 2005, fait apparaître une récente augmentation du succès commercial de la fête de la Toussaint. En tout état de cause, au mois d'octobre, les confiseurs vendent leurs bonbons en indice 130 contre 100 les autres mois, ce qui démontre bien le succès de la fête, certes plus provincial que parisien.

 

     51875